Umalis Group
Home / A la Une / Tunisie/Santé  quand un ministre hérite d’un secteur aussi délicat !

Tunisie/Santé  quand un ministre hérite d’un secteur aussi délicat !

Partagez ceci :

Le secteur de la santé en Tunisie n’est pas du reste au mieux de sa forme. Un secteur gangrené par les grèves du personnel de la santé. D’ailleurs, les 250 traitements (Médicaments) en rupture de stock font de ce secteur difficile à gérer. Ceci sans oublier que les infrastructures manquent terriblement dans certaines régions de Tunisie, d’où la souffrance des citoyens.

Confié lors du dernier remaniement ministériel à Chérif A/Raouf comme nouveau ministre de ce secteur de la santé, le concerné hériterait d’un secteur qui est miné. Ceci, malgré que depuis son installation comme premier responsable de ce secteur, il prétendait qu’il est au courant de tout ce qui se passe dans le secteur en question.

Selon les analystes, le nouveau ministre de la santé ne mesurerait point l’ampleur des dégâts. Lui qui aurait déclaré qu’il serait au courant de ce qui s’est passé dans ce secteur, du temps de l’ex-ministre, Hammami Imad. D’autres affirment en outre que le nouveau homme fort du secteur devrait plutôt prendre toutes les dispositions et ses précautions pour ne pas tomber de travers.

L’une des priorités donc pour lui, c’est de trouver des solutions sur les innombrables ruptures de stocks et médicaments, surtout ceux de première nécessité et ceux des maladies chroniques. Autrement dit, répondre aux attentes des citoyens tunisiens, qui espèrent un sursaut d’orgueil dans ce secteur, mais aussi des solutions concrètes.

La première chose que devrait faire Abderraouf Cherif est de se mettre en tête de répondre aux attentes des tunisiens, notamment en ce qui concerne les innombrables ruptures de stocks, surtout ceux des médicaments de première nécessité et ceux des malades chroniques.

La réussite ou l’échec de sa mission dépendra donc de sa volonté à aller de l’avant et à crever l’abcès. S’il est désigné par le chef du gouvernement tunisien comme ministre de la santé, en remplacement de Hammami Imad, c’est qu’il compte sur lui. Cela sans oublier que le dernier remaniement ministériel a été voté à la majorité à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

En Tunisie, on affirme que le nouveau ministre de la santé doit savoir que la rue gronde et que pour rendre confiance aux citoyens, il devra aller de l’avant et ne pas fléchir. Trouver des solutions adéquates à tout ce qui a trait à la tâche pour laquelle il est appelé à accomplir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »