Home / A la Une / Pour ou contre le franc CFA: Afrobaromètre a recueilli l’avis des Togolais

Pour ou contre le franc CFA: Afrobaromètre a recueilli l’avis des Togolais

Partagez ceci :

Le sujet est plus que d’actualité. Pour les uns, le franc CFA est responsable de la pauvreté en Afrique. Pour d’autres en revanche, les Africains ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Et s’il y a bien un des acteurs qui ne cesse de clamer la nécessité pour l’Afrique d’abandonner cette « monnaie de servitude », c’est bel et bien l’économiste togolais Kako Nubukpo. Face à la pertinence du sujet, le Centre de recherche et de sondage d’opinion, Afrobaromètre a décidé d’obtenir l’avis d’un échantillon de 1 200 adultes togolais sur l’abandon ou non du franc CFA.

A savoir pourquoi ce nombre, Afrobaromètre explique: « un échantillon de cette taille donne des résultats au niveau pays avec une marge d’erreur de +/- 3 points de pourcentage à un niveau de confiance de 95% ».

A en croire le rapport d’enquête d’Afrobaromètre, « deux Togolais sur trois (66%) pensent que le Franc CFA profite plus à la France qu’aux pays membres de la zone franc comme le Togo et qu’il devrait être remplacé. Les Togolais les plus riches et les plus éduqués, les citadins, et les hommes sont les plus enclins à choisir une sortie du franc CFA.Par contre, moins d’un Togolais sur quatre (23%), quant à eux, déclarent que cette monnaie est un instrument de développement pour un pays comme le Togo et devrait être maintenu. « .

Et d’ajouter: « Plus les Togolais perçoivent que le pays va dans une mauvaise direction ou que la situation économique actuelle du pays ou encore que leurs propres conditions de vie sont mauvaises, plus ils sont pour que leur pays se retire du franc CFA ».

« Le soutien pour le remplacement du franc CFA est plus masculin (73% contre 58% chez les femmes) et urbain (73% contre 61% au milieu rural). Il est également plus proéminent chez les personnes les plus riches (78%) et chez les 36-65 ans (68%-71%). Enfin, le soutien au retrait du Togo de la zone franc augmente avec le niveau d’éducation, passant de 53% pour les sans éducation formelle à 76% pour les Togolais avec une éducation post-secondaire. Si cet avis n’est pas uniformément partagé, il reste majoritaire auprès de toutes les couches socio-démographiques des Togolais explorées ici », poursuit le rapport d’enquête.

« Au vu des débats sur le franc CFA qui agitent depuis plusieurs années l’espace public africain et de la volonté des citoyens de s’affranchir de cette monnaie, il s’avère plus qu’important que la volonté des états d’Afrique de l’Ouest d’aller vers une monnaie commune de la CEDEAO se concrétisent et permettent aux populations de fermer un pan de leur histoire », conclut le rapport d’Afrobaromètre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »