BizME.fr Freelances, plus forts ensemble.
Accueil / Africa top success / Le Ghana a-t-il expulsé 500 réfugiés Burkinabè de son territoire ? Le gouvernement répond !

Le Ghana a-t-il expulsé 500 réfugiés Burkinabè de son territoire ? Le gouvernement répond !

Partagez ceci :

Environ 250 ressortissants burkinabè, majoritairement des femmes et des enfants sont de retour au pays. Et ce serait contre leur volonté. Privés de leurs biens et de leurs documents administratifs, d’après les témoignages, ces derniers seraient expulsés du Ghana.

Le constat est dressé par une délégation gouvernementale burkinabè qui s’est rendue jeudi 13 juillet à Dakola, commune proche de la frontière avec le Ghana.

Dans communiqué officiel, les autorités ghanéennes ont démenti avoir refoulé des réfugiés burkinabè.

Selon les explications de la ministre de la Solidarité nationale, Nandy Some Diallo, les personnes rapatriées ont été reçues depuis mardi dans trois régions différentes, le long de la frontière.

“Ces compatriotes ont été refoulés par la partie ghanéenne sans vraiment une information officielle de sa part”, a-t-elle précisé.

Le ministère ghanéen de la Sécurité nationale a démenti les accusations d’expulsion, et soutient au contraire prendre correctement en charge les réfugiés le long de sa frontière.

Le secrétaire exécutif du Ghana Refugee Board Tetteh Padi affirme au contraire que 3 200 burkinabè ont été enregistrés dans son centre d’accueil.

« Nous avons installé un centre de réception des réfugiés dans la région de l’Upper East. Certains vivent encore chez les communautés qui les ont accueillis et nous sommes en train de transférer vers ce centre. Il a une capacité d’accueil de 2 100 personnes, sans compter les abris que nous avons installés et qui peuvent en accueillir 4 000 supplémentaires. Et nous avons encore largement de la place pour de nouveaux venus. », a-t-il soutenu.

Si la vidéo semble avoir été enregistrée au Ghana, son authenticité n’a pu être vérifiée de manière indépendante pour confirmer qu’il s’agissait d’une expulsion.

Mardi dernier, le HCR a immédiatement appelé le gouvernement ghanéen à garantir l’accès à son territoire et l’asile aux Burkinabé fuyant les violences, et à cesser les expulsions signalées.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »