Accueil / Pays / Afrique Centrale / Tchad / Journée sanglante du 20 octobre au Tchad : à qui la faute ?

Journée sanglante du 20 octobre au Tchad : à qui la faute ?

Partagez ceci :

Une mission d’enquête internationale fera la lumière sur les violences qui ont émaillé la journée du 20 octobre où les manifestations, opposées à la transition, ont eu pour triste bilan : une cinquantaine de morts et 300 blessés.

Avec l’accord de principe des autorités tchadiennes, une mission de facilitation de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) est en cours depuis le 25 octobre.

Des interrogations demeurent du côté tchadien à propos de ce projet de mission d’enquête conjointe CEEAC-Union Africaine-ONU. « L’idée est validée, mais ces enquêteurs seront-ils indépendants ? Seront-ils intégrés à une équipe tchadienne, c’est à voir », indique un officiel tchadien cité par Rfi.

Pour le ministre congolais de l’Intégration régionale, Didier Mazenga Mukanzu, l’un des envoyés spéciaux de la CEEAC, « il faut savoir qui a envoyé qui et pour faire quoi ». « La vérité est importante. Il y a eu mort d’homme. Chaque camp donne sa version. La population doit savoir », précise-t-il.

La délégation de la CEEAC a déjà rencontré certains membres du gouvernement et prévoit discuter également avec les opposants. Pendant ce temps, l’opposant Succès Masra a quitté clandestinement le pays.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »