Accueil / Non classé / Mali : la délégation de la Cedeao quitte Bamako sans donner de déclaration

Mali : la délégation de la Cedeao quitte Bamako sans donner de déclaration

Partagez ceci :

Au Mali, la mission de Haut niveau de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) venue jeudi négocier la libération des 46 soldats ivoiriens détenus pour atteinte à la sûreté de l’Etat, a quitté Bamako sans faire de déclaration à la presse. Ceci, après des rencontres à huit-clos en deux étapes. 

La mission de Trois était conduite par le président ghanéen Nana Akufo-Ado et le président de la Gambie, Adama Barrow.

Accompagnés du ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey qui a remplacé son Président Faure Gnassingbé et du médiateur de la CEDEAO pour le Mali, Goodluck Jonathan.

Après avoir été accueillis par le président de la Transition malienne, le Colonel Assimi Goita, la délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest s’est entretenue avec les hautes autorités maliennes.

Les chefs d’Etat se sont d’abord entretenus à huis clos avec le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta, quelques minutes avant d’élargir la séance de travail à l’ensemble de la délégation pour 2 heures de temps. Rien n’a filtré en termes de conclusion ou prise de décision concernant l’affaire des 46 soldats ivoiriens incarcérés à Bamako depuis juillet dernier. 

Les présidents se sont encore entretenus une seconde fois, sans la délégation pour une durée d’une heure de temps.

À leur sortie, pas de déclaration ni d’interview accordée à la presse.

Toutefois, le Président Ghanéen Nana Akufo Addo a indiqué aux hommes de médias « toujours de bonnes relations, c’est tout ». Le ministre togolais des affaires étrangères a pour sa part déclaré que « moi, je ne parle pas ». 

Seulement au sortir de cette audience au cours de laquelle la question des 46 militaires ivoiriens que les autorités maliennes traitent de « mercenaires » était au centre, les médiateurs de la CEDEAO ne sont pas exprimés face à la presse.

Rappelons qu’en marge de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies, les chefs d’État de la CEDEAO ont tenu à New-York le 22 septembre 2022, un sommet extraordinaire à l’issue duquel ils ont appelé les autorités maliennes à libérer « sans conditions » les 46 soldats ivoiriens. 

Bamako avait rejeté le recours de la Côte d’Ivoire à la Cédéao indiquant que c’est une affaire bilatérale entre la Côte d’Ivoire et le Mali.

Les autorités maliennes avaient arrêté 49 soldats ivoiriens le 10 juillet, à l’aéroport de Bamako, les qualifiant de « mercenaires »et les accusant de tentative d’atteinte à la « sûreté » de l’Etat. 

Ecrit par Pathy Kan




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »