Home / A la Une / Togo-Présidentielle 2020 / P. Affognon: « aucun de vous ne doit être candidat dans l’intention de s’enrichir en toute impunité »

Togo-Présidentielle 2020 / P. Affognon: « aucun de vous ne doit être candidat dans l’intention de s’enrichir en toute impunité »

Partagez ceci :

Le mercredi 08 janvier 2020 marque la date de clôture du dépôt des candidatures pour les élections présidentielles de 2020. En lice pour briguer la magistrature suprême, environ une vingtaine de candidats sont déclarés. A ces candidats, le Père Pierre Marie Chanel Affognon, coordinateur des Forces Vives Espérance pour le Togo adresse une lettre ouverte dans laquelle il les appelle à mettre au cœur de leur désir de conquête ou de conservation du pouvoir, l’intérêt supérieur des pauvres populations, l’amélioration des conditions de vie de chaque citoyen en général et en particulier une sérieuse prise en compte du présent et du futur de nos enfants et de nos jeunes.

Lisez plutôt !

Objet : Lettre ouverte aux candidats réels et potentiels à l’élection présidentielle de 2020 ainsi qu’à chaque citoyen(ne) togolais(e)

Lomé, le 06 janvier 2020

Messieurs,
Mesdames,
Très chers concitoyens,

Je vous adresse cette correspondance en toute humilité, en ma qualité de citoyen togolais, pour vous appeler à mettre au cœur de votre désir de conquête ou de conservation du pouvoir, l’intérêt supérieur de nos pauvres populations, l’amélioration des conditions de vie de chaque citoyen en général et en particulier une sérieuse prise en compte du présent et du futur de nos enfants et de nos jeunes.

Quand j’observe l’actualité socio-politique de notre pays, j’ai l’impression que tout se cristallise sur la conquête ou la conservation du pouvoir politique. Les acteurs politiques ne semblent pas être tenus de présenter le bilan de leurs actions à la nation ou aux membres de leurs partis, encore moins aux organisations de la société civile ou aux autres entités sociales de la nation. On ne note pas non plus de véritables débats ou discussions citoyennes entre acteurs afin que soient abordés les vrais problèmes et aspirations de nos populations dont la majorité croupit dans la misère au quotidien. On a l’impression que la bipolarisation « politique » de notre vie sociale, doublée d’actes qui découragent le peuple, prennent le dessus avec des décisions et des initiatives qui semblent décourager d’avantage les togolais et les togolaises.

Malgré cette situation, je voudrais exprimer ma profonde gratitude aux différents acteurs pour tous les efforts déployés par l’ensemble des acteurs politiques, les organisations de la société civile, les leaders religieux et d’opinions, les medias et les citoyens. Cela dit, une question demeure : Les candidats actuels et potentiels pour l’élection présidentielle de 2020 entrent-ils dans cette course de candidature pour travailler véritablement à l’avènement d’un Togo nouveau où le bonheur de tous les togolaises et togolais sera la priorité des priorités ?

En effet, la Constitution de notre pays, qui est la loi fondamentale, déclare : « La souveraineté appartient au peuple… » Il me semble donc indispensable que chaque candidat réel ou potentiel se rappelle cette vérité constitutionnelle et arrête toute manipulation et toute approche machiavélique de la conquête ou de la conservation du pouvoir. Comment voudriez-vous recevoir mandat de nous alors que vous ne nous écoutez pas suffisamment et vous ne tenez pas compte de notre désir profond exprimé comme suit dans notre Constitution :

« Nous, Peuple togolais, nous plaçant sous la protection de Dieu,

– conscient que depuis son accession à la souveraineté internationale le 27 avril 1960, le Togo, notre pays, a été marqué par de profondes mutations sociopolitiques dans sa marche vers le progrès ;
– conscient de la solidarité qui nous lie à la communauté internationale et plus particulièrement aux peuples africains ;

– décidé à bâtir un État de Droit dans lequel les droits fondamentaux de l’homme, les libertés publiques et la dignité de la personne humaine doivent être garantis et protégés ;

– convaincu qu’un tel État ne peut être fondé que sur le pluralisme politique, les principes de la démocratie et de la protection des droits de l’homme tels que définis par la Charte des Nations unies de 1945, la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et les pactes internationaux de 1966, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples adoptée en 1981 par l’Organisation de l’unité africaine ;

Proclamons solennellement notre ferme volonté de combattre tout régime politique fondé sur l’arbitraire, la dictature, l’injustice ;

Affirmons notre détermination à coopérer dans la paix, l’amitié et la solidarité avec tous les peuples du monde épris de l’idéal démocratique, sur la base des principes d’égalité, de respect mutuel de la souveraineté ;… »

Par ailleurs, postulant à la magistrature suprême de notre pays, si vous êtes élus, vous prêterez serment en ces termes :

« Devant Dieu et devant le peuple togolais, seul détenteur de la souveraineté populaire,
Nous…, élu président de la République, conformément aux lois de la République, jurons solennellement :

– de respecter et de défendre la Constitution que le Peuple togolais s’est librement donnée ;
– de remplir loyalement les hautes fonctions que la Nation nous a confiées ;
– de ne nous laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine, de consacrer toutes nos forces à la promotion du développement, du bien commun, de la paix et de l’unité nationale ;
– de préserver l’intégrité du territoire national ;
– de nous conduire en tout, en fidèle et loyal serviteur du peuple. »

Le contenu de ce serment sacré est ce que nous voulons et attendons d’un Président de la république. Il mérite que vous y prêtiez sérieusement attention. Ainsi, j’espère que vous avez pris le temps de réfléchir, de méditer et de vous préparer réellement à la mission du Président de la République conformément à ce serment que celui d’entre vous qui sera élu fera devant Dieu et devant le peuple. Avez-vous réellement la crainte sacrée de Dieu et le respect absolu du peuple ?

En votre qualité de candidats réels ou potentiels, prenez très au sérieux le fait que vous avez l’obligation absolue de ne vous « laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine, de consacrer toutes (vos) forces à la promotion du développement, du bien commun, de la paix et de l’unité nationale ». Sachez-le, le Président de la République est « un serviteur du peuple », et non le contraire, et cela est constitutionnel. Car vous devez vous « conduire en tout, en fidèle et loyal serviteur du peuple. » Dans ce sens, son Excellence Monsieur le Président de la république, Faure GNASSIMGBE, disait : « La société que nous entendons bâtir est avant tout une société d’ouverture et d’inclusion. Les hommes et les femmes qui la composent doivent bénéficier de l’égalité des chances : égalité des chances devant la loi, égalité face à l’école, égalité face à l’emploi… De même, la société d’ouverture et d’inclusion implique aussi la solidarité : la plus forte des injustices n’est-elle pas le développement inégalitaire ? Lorsque le plus petit nombre accapare les ressources au détriment du plus grand nombre, alors s’instaure un déséquilibre nuisible qui menace jusqu’en ses tréfonds la démocratie et le progrès. » 4 Etre Président de la République, c’est être serviteur c’est-à-dire être un homme ou une femme juste qui organise le vivre ensemble dans l’égalité et la bonne gouvernance afin que les biens de la nation ne soient pas accaparés par un petit groupe de « prédateurs » au détriment de la majorité qui croupit dans la misère. Peut-on croire que c’est vraiment ce qui vous pousse à être candidat ou à vous présenter pour un nouveau mandat?

Aujourd’hui, l’agitation manifeste est autour de la candidature unique ou multiple ou encore de la candidature actuelle ou non de l’actuel chef de l’Etat. Tout cela est en lien avec vos visions politiques que je respecte. Mais, est-ce là l’essentiel pour notre peuple ?

Dans tous les cas, pour nos populations, l’unique urgence, c’est que le prochain chef de l’Etat soit un véritable serviteur du peuple et qu’il travaille de façon à ce que chaque togolais et chaque togolaise jouissent des droits de l’Homme dans ses différentes générations.

Par conséquent, aucun de vous ne doit être candidat dans l’intention de s’enrichir en toute impunité ou, comme le disait l’actuel chef de l’Etat, pour être au service du « plus petit nombre (qui) accapare les ressources au détriment du plus grand nombre ». Dans ce sens, au nom de votre liberté de conscience et de votre responsabilité, vous ne devez être candidat ni sous pression ni par souci de ne pas trahir. Car, une fois devenu Président de la république, vous serez le Président de tous les togolais et togolaises et non celui de vos partis respectifs ou de votre base, au cas où vous êtes candidats indépendants. Vous aurez à répondre devant Dieu, devant votre conscience, devant le peuple souverain et devant l’histoire de la mauvaise ou de la bonne gouvernance que vous ferez. Restez donc libre et ne suivez ni des groupuscules de concitoyens manipulateurs, mauvais conseillers et assoiffés d’intérêts personnels ni des personnes « charismatiques ». Car aucun d’eux ne répondra à votre place. Osez jouir de vos droits pour ne pas être candidat sous pression de qui que ce soit. En effet, « toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience … » 5 . De même : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression… » 6 . Si vous êtes candidat par contrainte, comment pourriez-vous, au cas où vous serez élus, exercer librement le pouvoir exécutif en « serviteur du peuple » ?

De ce qui précède, j’estime que, ce qui doit vous préoccuper comme des candidats à l’élection présidentielle de 2020, c’est une seule chose : Le respect de la vérité des urnes à travers une élection libre, crédible et transparente. Quel que soit votre bord ou votre sensibilité politique, engagez-vous à travailler ensemble pour atteindre cet objectif. La paix et la stabilité du pays dont vous prétendez devenir « serviteur », en dépendront nécessairement.

C’est ce seul objectif que la communauté nationale et celle internationale doivent soutenir et rien d’autres. Voilà pourquoi, chaque togolais et chaque togolaise doit faire sa part, conformément à l’éthique démocratique et aux textes juridiques au niveau national et international, afin que l’élection présidentielle de 2020 respecte la vérité exprimée par le vote des togolais et des togolaises.

Par conséquent, chaque citoyen doit sensibiliser au moins sa famille, son quartier et son village, à ne pas se laisser corrompre ni par les billets de banque ni par la nourriture et autres gadgets pacotilles et éphémères que les candidats savent utiliser comme appât à cause de notre misère.

Aussi les chefs de quartiers, de villages et de cantons, gardiens de nos valeurs de justice et de vérité et qui sont aussi garants de nos us et coutumes, doivent-ils jouer, honnêtement, leur rôle jusqu’au bout. Car, c’est une véritable malédiction et un vrai malheur, au nom de Dieu et des mânes de nos ancêtres, qui accablent tôt ou tard la vie d’un chef traditionnel ou d’un leader religieux qui sacrifie sa population ou sa communauté à cause de l’argent. Regardons la grande misère de nos populations et des familles. Elles sont sans eau potable ni électricité, sans routes ni infrastructures socio-éducatives, sans accès à des structures adéquates de santé ni à une éducation de qualité de ses enfants. La couverture sanitaire qui est un des droits fondamentaux de l’Homme est encore une utopie pour nos populations… Comme le dit une parole de sagesse de nos ancêtres : « Même en période de famine, ce n’est pas tout ce qu’on trouve qu’on mange sans discernement ». Cette sagesse est valable pour nous tous et surtout pour les jeunes et les femmes qui constituent la majorité de nos populations. Soyons lucides et discernons toutes sollicitations. Même si vous prenez de l’argent et d’autres biens des candidats à cause de la misère matérielle ; sachez-le, devant l’urne, vous devez voter pour celui qui va travailler en vue de réduire cette misère et non pour celui qui va œuvrer à l’aggraver pour vous-mêmes, vos enfants et votre communauté.

Le projet de Dieu pour notre peuple est un projet de bonheur. Les fondateurs de notre nation le savaient avec clarté. Il suffit de reprendre notre hymne et les symboles de notre république pour s’en convaincre. Qu’aucun acteur politique, quel qu’il soit, n’obtienne d’un citoyen le oui pour organiser les violences contre ses propres frères et sœurs togolais durant le processus électoral. Qu’aucun acteur politique, quel qu’il soit, n’obtienne d’aucun citoyen la complicité pour la fraude électorale.

En remerciant de tout cœur, nos Forces de l’ordre et de sécurité, et surtout les officiers, je voudrais les exhortons, humblement, à écouter la voix de Dieu et de leur conscience pour être aux côtés de nos populations, dont ils sont des fils et des filles, sans intimidation, abus ou violence à leur égard. Aussi, les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI), des Centres et Bureaux de vote ainsi que ceux de la Cour Constitutionnelle, doivent-ils agir conformément à leur à leur serment et dans le respect total de leur mandat qui est censé s’exercer en toute indépendance et dans la vérité.

Notre seul grand bien et notre unique héritage commun, c’est le Togo et donc ses populations. Faisons tout concourir au bien de tous, au bonheur de notre peuple.

Puisse le Grand Dieu, qui seul nous a exaltés, nous bénir et combler de bénédictions notre pays afin que vous les candidats à l’élection présidentielle de 2020, ainsi que chacun de nous, puissions faire consciencieusement notre part pour que par l’élection en vue, nous parvenions ensemble, en tant que fils et filles de la même nation, à bâtir, véritablement et de mieux en mieux, notre pays pour en faire « l’Or de l’humanité. »

« Avec Dieu et pour la patrie, nous vaincrons… »

Père Pierre Marie Chanel AFFOGNON

Prêtre de Jésus-Christ et citoyen togolais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »