Accueil / Non classé / « A chaque coup d’État, on casse les jambes à la démocratie naissante », Mamane

« A chaque coup d’État, on casse les jambes à la démocratie naissante », Mamane

Partagez ceci :

Créateur de la « République très très démocratique du Gondwana », le célèbre humoriste nigérien Mamane a fait de la gouvernance du continent son sujet de prédilection. Et derrière ses traits d’humour, se cache toujours, un homme aux critiques acerbes vis à vis des leaders politiques, qu’ils soient au pouvoir ou non.

Mauvaise gouvernance, corruption, atteintes à la démocratie…Voilà autant de sujets que Mamane traite avec humour.

Dans une entrevue exclusive avec Jeune Afrique, interrogé sur la question de savoir si ces maux précités expliquent en partie, la résurgence de coups d’État sur le continent, le « président du Gondwana », répond en ces termes:

« Avant toute chose, il faut être très clair et rappeler qu’à chaque coup d’État, on casse les jambes à la démocratie naissante en Afrique et l’on opère un retour en arrière de plusieurs décennies. La place des militaires est dans les casernes. Au lieu de défendre leur pays, les putschistes retournent les armes achetées avec l’argent du peuple contre le peuple, pour se protéger du peuple.

En tant que Nigérien, je connais ça et je veux redire la répulsion que cela provoque en moi. Mais il faut évidemment se demander pourquoi les putschs surviennent. Les principaux responsables sont les politiciens professionnels qui viennent aux affaires pour prendre l’argent, au lieu de servir le peuple ».

Et d’ajouter :

En Afrique, les hommes politiques essaient de se maintenir au pouvoir parce qu’ils savent que lorsqu’ils partiront, ils devront rendre des comptes. C’est comme un gamin qui aurait fait pipi au lit et ne veut pas en sortir pour ne pas que ça ne se voie.

« Le Gondwana, c’est le contre-exemple de ce que devraient être nos pays africains. Il cumule tous les travers que l’on observe aujourd’hui en Afrique, la mal gouvernance, le manque d’hôpitaux, les dirigeants qui n’ont pas développé ces hôpitaux et vont se faire soigner en Suisse, l’absence d’écoles, de routes, ainsi de suite », conclut Mamane.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »