Home / A la Une / « CAMAR », l’Afrique a désormais sa ‘Cour d’arbitrage’

« CAMAR », l’Afrique a désormais sa ‘Cour d’arbitrage’

Partagez ceci :

Le continent africain a désormais sa propre Cour d’arbitrage. Les contentieux entre États, personnalités, africains ne franchiront plus le seuil du continent pour des instances comme la cour de La Haye, de Paris ou encore de Londres qui font office de référence.

La Cour africaine de médiation et d’arbitrage (CAMAR), cette initiative de juristes et d’arbitres africains certifiés, a été portée sur les fonts baptismaux à l’issue d’un congrès constitutif qui s’est tenu au Maroc, le 5 avril dernier.

Pour les initiateurs, il s’agit principalement de traiter le maximum de litiges impliquant l’Afrique sur le sol africain et ceci au profit des cours internationales.

“Notre objectif est de fédérer tous les pays africains autour de la création de la CAMAR. Elle vient rappeler que les compétences qui existent en Afrique peuvent être valorisées pour permettre de régler des litiges”, a confié à La Tribune Afrique, cité par Africanews, Ali Ouhmid, un des co-fondateurs de la Cour et désigné président de l’institution.

Même si l’institution soit à ses débuts, les experts entendent convaincre l’Union africaine d’instituer “une clause compromissoire” afin que toutes les affaires litigieuses soient automatiquement renvoyées à la CAMAR.

La Cour africaine de médiation et d’arbitrage gèrera tous litiges relatifs aux contrats commerciaux, la propriété intellectuelle, l’environnement, le numérique, le pétrole et le gaz… mais aussi le sport, l’ingénierie, l’immobilier, ainsi que le tourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »