Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : la Cour suprême désavoue Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale

Cameroun : la Cour suprême désavoue Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale

Partagez ceci :

La plus haute instance judicaire du pays vient d’annuler définitivement un acte de Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration territoriale qui avait désigné en 2018  Robert Bapooh Lipot pour présider aux destinées de l’Union des Populations Camerounaises, le parti historique du pays.

Il est désormais irréfutable que Paul Atanga Nji, ministre de l’Administration Territoriale a outrepassé son droit en désignant Robert Bapooh Lipot comme Secrétaire Général de l’UPC au détriment du Secrétaire Général démocratiquement élu au 7ème Congrès du parti en octobre 2017.           

C’est ce que l’on apprend  dans un communiqué publié le 15 octobre 2022. Dans cette sortie, le responsable de la communication de l’Union des Populations Camerounaise (UPC), le parti qui a mené une lutte acharné contre la colonisation, annonce que Pierre BALEGUEL NKOT a été « conforté » dans sa légalité et sa légitimité au poste de Secrétaire Général de l’Union des Populations   du Cameroun(UPC) par la justice.

« En effet, la Chambre Administrative de la Cour Suprême, au cours de son Audience Publique Ordinaire  du 12 octobre 2022, a prononcé le rejet parce que non justifié, du pourvoi formé par l’Etat du Cameroun sous la bannière du MINAT contre l’Ordonnance du Président du Tribunal Administratif du Centre ayant ordonné en 2020 le sursis à exécution de la Décision Ministérielle qui a désigné en 2018 Sieur Robert Bapooh Lipot comme Secrétaire Général de l’UPC au détriment du Secrétaire Général démocratiquement élu au 7ème Congrès d’octobre 2017 », écrit Me Simon Serge Kack Kack. « La Haute Juridiction a, par le même Arrêt, infligé une autre déculottée judiciaire à ce dernier en déclarant à juste titre et à bon droit, son intervention volontaire irrecevable », commente le juriste-militant.

En 2018, après plusieurs brouilles au sein de l’Union des Populations du Cameroun, le ministre de l’Administration territoriale avait finalement désigné Robert Bapoh Lipot au poste de secrétaire général de l’UPC. Pourtant ce dernier, bien qu’étant alors député avait été exclu de l’Union des populations du Cameroun (UPC).  Une situation qui avait poussé Pierre BALEGUEL NKOT, secrétaire général élu à saisir la justice. En 2019, le tribunal administratif de la région du Centre (Yaoundé), l’a donc rétabli comme Secrétaire Général  de l’Union des populations du Cameroun (UPC).

Ce n’est pas la première fois que Paul Atanga Nji est désavoué par un tribunal dans le cadre des affaires de partis politiques.

L’on se souvient que le 17 juillet 2018, c’est le même Paul Atanga Nji qui par un arrêté, avait destitué Édith Kah Wallah de son poste de présidente nationale du CPP, pour nommer le Pr Tita Fon Samuel, qui en était seulement le président d’honneur. Trainé en justice, le membre du gouvernement sera avait été débouté et Édith Kah Wallah réhabilitée comme présidente du CPP.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »