Accueil / Pays / Afrique Centrale / Cameroun : Paul Biya fixe les priorités budgétaires de 2023

Cameroun : Paul Biya fixe les priorités budgétaires de 2023

Partagez ceci :

Selon la note que vient de signer le président camerounais, l’Etat du Cameroun devra miser sur l’optimisation de la mobilisation des recettes non pétrolières et l’amélioration de la compétitivité de l’économie.

Le président camerounais vient de fixer les défis de l’exercice budgétaire 2023. Selon la circulaire signée le 23 août dernier par Paul Biya, le Cameroun devra atteindre « un taux de croissance de 4,6 % ».
Dans sa note, Paul Biya précise qu’un accent sera mis sur l’optimisation de la mobilisation des recettes non pétrolières, ainsi que sur la maîtrise et l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques.
L’optimisation de la mobilisation des recettes fiscales internes devra se poursuivre, selon le président camerounais, au travers de l’élargissement de l’assiette fiscale, de la sécurisation des recettes et du circuit de leur collecte, ainsi que du renforcement de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales. En matière de dépense, un accent sera mis sur le réalisme et la sincérité des prévisions budgétaires. A ce titre, la priorité de l’inscription des crédits sera accordée aux engagements en cours de l’Etat, avant l’allocation des ressources aux mesures nouvelles.

La fiscalité

Sur le plan fiscal, Paul Biya indique que le Cameroun devra poursuivre la recherche de l’optimisation des recettes internes non pétrolières, promouvoir un environnement fiscal favorable au développement des affaires, grâce à des mesures de simplification des procédures et du suivi des contribuables. Trois principales actions seront ainsi mises en œuvre. Il s’agit de la poursuite de la mise en œuvre de la politique d’import-substitution à travers l’allègement de la charge fiscale sur les biens d’équipement et de production importes, ne disposant pas d’équivalent local ; la mise en œuvre, de concert avec la Direction Générale des impôts et les autres administrations concernées, d’une politique fiscale incitative et de promotion de l’utilisation des matières premières et intrants locaux, au détriment de celles importées ; Et enfin, la poursuite des efforts de facilitation du dédouanement des marchandises à travers la mise sur pied et la coordination des points uniques de contrôles intégrant toutes les administrations chargées du contrôle des marchandises.

L’économie

L’accélération de la politique d’import-substitution sera une priorité sur le plan économique, à en croire le président camerounais. Elle devra se faire à travers la mise en œuvre du plan de soutien à la production et la transformation des principaux produits d’importation tels que le riz, le maïs, le blé, le soja, le mil, le sorgho, le poisson, le lait et les produits pharmaceutiques.

Infrastructures

En 2023, le Cameroun va poursuivre la reconstruction des Régions en guerre, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord ; renforcer les infrastructures énergétiques afin de répondre aux besoins de l’industrie et des populations. Ceci se fera à travers l’opérationnalisation des barrages hydroélectriques et des centrales solaires destinées à l’électrification des zones rurales ; parachever la mise en service des grands projets de première génération ; assurer la réhabilitation et la maintenance des infrastructures existantes ; développer les infrastructures de transport et désenclaver les bassins de production, afin de faciliter les échanges et l’approvisionnement des marchés aux meilleures conditions possibles.

Par Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »