Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : quel bilan pour le président du Senat après 10 ans ?

Cameroun : quel bilan pour le président du Senat après 10 ans ?

Partagez ceci :

Elu depuis 2013 à la tête de la chambre haute du parlement camerounais, Marcel Niat Njifenji a siégé à la tête de l’institution pendant une dizaine d’années.

Dix ans après son élection à la tête du Senat, le temps est venu de faire une pause pour évaluer le parcours de Marcel Niat Njifenji, le tout premier président du Senat au Cameroun, à la tête de cette institution.

Elu en 2013 pour un mandat de 5 ans, l’homme de 90 ans a été reconduit à la tête de la chambre haute du parlement camerounais en 2018.  

Au cours de ses deux mandatures, l’ancien directeur général de la Société Nationale d’Electricité  aura permis de poser les jalons  de la décentralisation au Cameroun.

« Entre 2013 et 2018, il a été question de mettre en place les lois qui entourent la décentralisation. Le Code des Collectivités Territoriales Décentralisées, épine dorsale de la décentralisation au Cameroun  a été promulgué en Décembre 2019. Il permet un encadrement juridique de la décentralisation et du développement local. Pour ce deuxième mandat, il a été principalement question de la mise en route des collectivités territoriales décentralisées- CTD parachevant le caractère unitaire décentralisé du Cameroun. Avec les premières élections Régionales du Pays le 09 Décembre 2020. Donc durant les deux mandats, il a été question de mettre en place les mesures et lois favorisant la bonne marche de la décentralisation », a expliqué un expert de la Décentralisation contacté par Africatopsucces.com 

Au Cameroun, le Sénat a pour mission de représenter les collectivités territoriales décentralisées que sont les communes et les régions.

Pour ce faire, il exerce ce contrôle dans d’adoption des lois et les amendements ou les rejets des textes soumis à son examen.

En cas de vacance à la présidence de la République, c’est le président du Sénat qui assure l’intérim.

Selon les dispositions légales en la matière, les prochaines élections devraient se tenir entre mars et mai 2023.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »