Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Bénin / Des militants de l’opposition libérés de prison au Bénin : Emmanuel Macron, le sauveur ?

Des militants de l’opposition libérés de prison au Bénin : Emmanuel Macron, le sauveur ?

Partagez ceci :

La justice béninoise a ordonné ce mercredi 27 juillet la mise en liberté de 30 militants de l’opposition détenus depuis plusieurs mois pour des troubles commis lors de l’élection présidentielle de 2021. Cette décision prise par la Criet, alors que le président français Emmanuel Macron était présent sur le territoire béninois dans le cadre d’une visite officielle, suscite de nombreuses interrogations.

Ces 30 militants de l’opposition dont l’ancien ministre et préfet Ali Houdou sont libérés, mais placés sous contrôle judiciaire. Cette liberté bien que partielle est un réel soulagement pour les bénéficiaires, leurs partis ainsi que leurs avocats.

Le chef de l’Etat béninois Patrice Talon déclarait, quelques heures avant la décision de la justice, avoir évoqué le sort des opposants lors de l’entretien en tête à tête avec son homologue français. Cette libération, est-ce le fruit d’un hasard ou devrait-on remercier Emmanuel Macron ?

Notons que Joël Aivo et Reckya Madougou ne font pas partie de cette troisième vague de détenus libérés et placés sous contrôle judiciaire. Ils continuent de purger respectivement les peines de 10 et 20 ans de prison.

Pour rappel, la question de la libération des détenus a toujours été au cœur des récentes rencontres entre le président Patrice Talon et son prédécesseur Yayi Boni. Même si cette nouvelle vague de détenus libérés coïncide avec la présence du président Macron, on retient que le chef de l’Etat béninois n’est pas insensible au sort de ces personnes. « (…) Il se pourrait que dans les temps à venir, dans mon temps ou après moi, que des actes de grâce ou d’amnistie soient pris en faveur de ces gens-là. C’est possible », a indiqué le président Talon.

Du côté de l’opposition, cette décision a bien évidemment été accueillie favorablement. Pour Alassane Tigri, vice-président du parti d’opposition Les Démocrates cité par Rfi, « c’est une bonne chose. Le président Talon est dans la bonne direction. L’opposition a toujours réclamé la libération des détenus politiques et le retour sans conditions des exilés, ainsi que la tenue d’élections législatives inclusives, transparentes et paisibles. Si c’est un signal que le président Talon donne au monde et aux Béninois que désormais il va s’inscrire dans le respect des droits de la personne, de l’Etat de droit et de la démocratie, nous ne pouvons que saluer cela ».




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »