Accueil / A la Une / Diplomatie : le ton monte entre Bamako et Niamey

Diplomatie : le ton monte entre Bamako et Niamey

Partagez ceci :

Les relations diplomatiques entre Bamako et le Niger deviennent de plus en plus frigorifiques. La pomme de discorde : une différence de point de vue concernant l’envoi des mercenaires russes de la société privée de sécurité Wagner. Et les propos qui défient toutes règles diplomatiques qui s’en suivent.

C’est le président du Niger, Mohammed Bazoum qui a lancé la première offensive verbale dans ce qui apparaît désormais comme une brouille entre le Mali et le Niger.

En visite à Paris en juillet dernier, le chef de l’État nigérien avait critiqué avec véhémence la junte militaire au pouvoir au Mali.

« Il ne faut pas permettre que des militaires prennent le pouvoir parce qu’ils ont des déboires sur le front où ils devraient être et que des colonels deviennent des ministres et des chefs d’État. Qui va faire la guerre à leur place? C’est ce qui s’est passé par deux fois au Mali… Ce n’est pas des choses acceptables. », avait lancé le numéro un nigérien.

Une sortie médiatique qui n’a pas été du du goût de la junte militaire au Mali . Ces derniers estiment que de « telle déclaration va, malheureusement à l’encontre » des « relations solides d’amitié et de fraternité ».

Alors que la tension ne s’est pas encore apaisée entre Bamako et Niamey, Hassoumi Massaoudou, le ministre des affaires étrangères du Niger a fustigé dans l’une de ses récentes sorties, l’arrivée des mercenaires russes de Wagner et l’agenda électoral du pays au Mali.

Comme on pouvait s’y attendre, cette énième déclaration qu’on peut qualifier d’inamicale a suscité la réaction de la junte militaire au Mali dirigée par le Colonel Assimi Goïta.

 « Le Gouvernement de la République du Mali condamne fermement et rejette ces propos inacceptables, inamicaux et condescendants de la part d’un responsable dont le pays a toujours entretenu d’excellentes relations avec le Mali et qui dispose de canaux bilatéraux pour aborder l’ensemble de questions d’intérêts communs dans un esprit constructif », peut-on lire dans un communiqué publié par le gouvernement de la transition.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »