Accueil / A la Une / Election présidentielle : les Zambiens votent dans un climat d’incertitude

Election présidentielle : les Zambiens votent dans un climat d’incertitude

Partagez ceci :

Sept millions d’électeurs sont appelés aux urnes ce jeudi 12 août lors d’un scrutin marqué par des violences préélectorales et le déploiement sans précédent de l’armée. Un déploiement qui passe mal aux yeux de la population, rapporte RFI. Au niveau des autorités, l’on évoque une opération de maintien de l’ordre.

Début août, souligne la même source, des violences ont éclaté entre les partisans du PF, le Front patriotique au pouvoir et de l’UPND, le Parti uni du développement national de l’opposition.

Ces groupes d’autodéfense, armés de machettes et de haches, sont surnommés les « cadres » et font office de « bras armés » des deux grands partis. Deux militants du PF ont perdu la vie lors des affrontements.

Mais le déploiement de l’armée n’est pas non plus de nature à rassurer la population. 

« Les soldats devraient rester dans les casernes, c’est à la police de gérer le maintien de l’ordre », estime Mundia Hakoola, directeur exécutif de l’ONG Continental Leadership Research Institute (Institut continental de recherche sur le leadership). 

Arrivé au pouvoir depuis 2015, suite au décès de son prédécesseur Michael Sata, le président Edgar Lungu (photo) est accusé par la société civile d’avoir manipulé les institutions pour s’accrocher au pouvoir. 

Il a multiplié les actes de répression contre la dissidence, infligeant notamment quatre mois de prison à son opposant actuel, Hakainde Hichilema, qui avait contesté sa victoire à la présidentielle de 2016.

Le scrutin de jeudi s’annonce serré entre Lungu et Hichilema, surnommé « HH », ce qui fait craindre de nouvelles violences.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »