Accueil / A la Une / Le Burkina Faso s’interroge sur le partenariat avec la France
Paul Henri Damiba

Le Burkina Faso s’interroge sur le partenariat avec la France

Partagez ceci :

Albert Ouédraogo, le Premier ministre du Burkina Faso, a indiqué dans une déclaration que son pays se réservait le droit de diversifier ses partenariats.

Acheminons-nous vers une révision des rapports entre le Burkina Faso et la France ? Avec les récents propos du Premier ministre burkinabé Albert Ouédraogo cette tendance est plausible.
«Je pense qu’effectivement il y a des questions à se poser. On comprend les revendications parce que la France, c’est vrai, c’est le partenaire historique, c’est le premier partenaire, même en termes de chiffres. Mais il faut également dire que l’aide doit aider à assassiner l’aide», a indiqué le locataire de la Primature du Burkina Faso.

Pour Albert Ouedraogo, si depuis des années la coopération avec la France n’a pas permis d’assassiner l’aide, il faut se poser des questions.

«La diversification des partenariats repose sur plusieurs principes. D’abord le principe de liberté. Pour nous c’est aller vers le partenaire qui nous arrange, quitte à froisser des partenaires historiques. Si certains partenaires ne sont pas contents du fait que nous allons avec d’autres, ça sera à notre corps défendant que nous allions rompre notre partenariat avec eux», a-t-il fait savoir.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »