Home / A la Une / L’extraordinaire essor des banques régionales en Afrique

L’extraordinaire essor des banques régionales en Afrique

Partagez ceci :

Alors que les banques étrangères, notamment françaises, occupent une place très importante sur tout le continent africain depuis plus d’un siècle, leur hégémonie semble petit à petit remise en cause par l’apparition de nouveaux acteurs régionaux. Ces nouvelles banques accompagnent la croissance économique et soutiennent les entrepreneurs lâchés par les banques étrangères, mais leur développement n’est pas sans risque.

Des banques africaines pour les Africains

Les banques régionales en Afrique ont connu un développement extrêmement rapide, notamment accéléré par les difficultés des banques étrangères après la crise de 2008. Depuis, elles se sont implantées dans plus d’une vingtaine de pays sur le continent et participent au développement des marchés financiers locaux.

Ces banques régionales jouissent d’une excellente connaissance du terrain et elles ont donc pu s’intégrer très rapidement au paysage local. Néanmoins, elles ne sont pas toujours très efficaces pour répondre aux besoins des Africains les moins aisés qui doivent alors continuer à se tourner vers des solutions étrangères. L’obtention d’un prêt pour interdit bancaire, une démarche cruciale pour beaucoup de ménages et d’entrepreneurs africains, reste uniquement possible à l’étranger.

Les populations les plus fragiles encore exclues

Les banques régionales africaines n’ont vraisemblablement pas pour objectif d’exclure les populations les plus fragiles de sa clientèle. Au contraire, elles ont sans doute conscience que ces particuliers représentent un marché immense sur le continent et une opportunité unique d’accompagner le développement économique de nombreux pays.

Néanmoins, pour le moment, les banques africaines ont encore du mal à se montrer vraiment accessibles. Les chiffres sont sans appel et les solutions qu’elles proposent restent accessibles uniquement aux populations les plus aisées. Malheureusement, ce sont justement les populations les moins riches qui auraient le plus besoin de services locaux et régionaux. Heureusement, de nombreux efforts de développement dans cette direction semblent être prévus.

Une croissance trop rapide ?

Ces banques régionales ont devant elles un des plus grands marchés financiers du monde et elles veulent évidemment s’en saisir le plus rapidement possible. Résultat, elles se montrent particulièrement agressives dans leur développement et leur croissance est extrêmement rapide. Peut-être même trop rapide selon certains spécialistes.

Dès le début des années 2010, plusieurs banques régionales africaines se sont retrouvées dans la tourmente à cause d’une croissance trop importante qu’elles n’arrivaient pas à gérer. De plus, l’exclusion des populations les plus pauvres est généralement reliée à ces comportements expansionnistes qui n’ont pas le temps d’agir plus précisément et localement.

Ces banques doivent donc faire attention à ne pas imiter les banques étrangères qui ont souvent échoué à considérer les intérêts de l’Afrique et les leurs comme intrinsèquement liés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »