Accueil / A la Une / Lutte contre le terrorisme: la discrète visite de Damiba chez Faure Gnassingbé

Lutte contre le terrorisme: la discrète visite de Damiba chez Faure Gnassingbé

Partagez ceci :

C’est une information qui n’a été rendue publique que ce 1er septembre. Le président de la transition du Burkina Faso, Paul-Henri Damiba, était chez le chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé, les 19 et 20 août derniers. La lutte contre le terrorisme était le principal sujet de discussion entre les deux hommes.

C’est le porte-parole du gouvernement burkinabé, Lionel Bilgo qui a confié l’information à RFI ce jeudi matin. Le déplacement du n°1 burkinabé au Togo «témoigne, selon lui, de la teneur des actuels rapports entre le Faso et le Togo, une visite qui a mis au plus haut des échanges présidentiels la situation sécuritaire et la coopération multisectorielle, une relation qui ne s’est jamais refroidie depuis la nuit des temps. C’est très important que les Chefs d’Etat de toute cette zone comprennent que la guerre anti-terroriste est une guerre commune et qu’il n’est pas question de laisser seul un Etat agir dans cette région»

À l’en croire, Paul-Henri Damiba et Faure Gnassingbé ont échangé sur le renforcement des relations bilatérales et le terrorisme qui frappe leurs pays respectifs.

«Il y a une coopération militaire beaucoup plus soutenue et renforcée entre les deux pays. Il y a des délégations militaires qui se rendent au Togo, et vice versa. Il y a même eu une rencontre au plus haut sommet entre les présidents du Togo et du Faso pour essayer de redynamiser, mais aussi d’accentuer la coopération militaire. Le Faso apporte souvent un soutien aérien à l’armée togolaise à la frontière entre les deux pays, via une base militaire et une surveillance accrue de cette zone», a déclaré le ministre burkinabé.

Depuis la chute de Blaise Compaoré en octobre 2014, le Burkina Faso est devenu la cible privilégiée des groupes terroristes qui occupent aujourd’hui presque 2/3 du territoire. Le 24 janvier 2022, le successeur de Blaise Compaoré, Roch Kaboré, a été destitué par une junte militaire dirigée par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Les militaires reprochaient notamment au président Kaboré son incapacité à lutter contre le terrorisme. Aujourd’hui, même si le phénomène n’a pas reculé, les nouvelles autorités assurent avoir déclaré une guerre sans merci aux groupes terroristes qui ont commencé à reculer.

Depuis novembre 2021, c’est le Nord du Togo voisin qui est passé dans le viseur de ces groupes qui ont déjà perpétré des attaques ayant coûté la vie à des militaires et civils.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »