Umalis Group
Home / A la Une / Présidentielle au Togo : Bawara prévient les fauteurs de trouble

Présidentielle au Togo : Bawara prévient les fauteurs de trouble

Partagez ceci :

Le 22 février prochain, le Togo connaîtra les élections présidentielles. A moins d’un mois de ces scrutins de grands enjeux, le climat politique, actuellement apaisé ne prédit pourtant rien de bon pour l’avenir. Dans un message rendu public en fin de weekend dernier, les cadres musulmans ont d’ailleurs prévenu contre le pire.

Dans ces conditions où l’incertitude plane sur l’avenir du pays, le gouvernement dit avoir pris des mesures pour sécuriser les électeurs et garantir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Intervenant ce weekend sur la télévision New World, le ministre de la Fonction Publique, du Travail, de la Réforme Administrative et de la Protection Sociale, Gilbert Bawara est revenu sur ces mesures et a prévenu ceux qui seraient tentés de troubler le déroulement du scrutin.

« Nous écoutons les discours de ceux qui cherchent déjà à justifier leur échec ou à trouver des prétextes de la contestation ou éventuellement des violences, je voudrais vraiment dire que l’élection en elle-même constitue un enjeu démocratique important. Un défi du point de vue organisationnel et de moyens à mobiliser. Mais l’élection n’est pas une finalité en soi. Elle ne peut pas constituer un prétexte pour remettre en cause la paix et la sécurité dont le pays jouit. Alors il faut que chaque candidat ait à l’esprit qu’au-delà du débat démocratique qui doit avoir lieu, et au-delà de toutes les dispositions qui ont été prises pour assurer le bon déroulement et l’aboutissement du processus électoral, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour mettre hors d’état de nuire, toute personne quelle que soit sa qualité, candidat ou non qui agirait de manière incompatible avec les dispositions légales ou les impératifs de sécurité publique », a affirmé le Ministre.

Et le porte-parole du gouvernement d’ajouter en ces termes :

« En ce moment, ceux qui ont perdu la paix et la sécurité se demandent comment retrouver ces valeurs. Alors, faisons de l’élection un rendez-vous démocratique, de débat d’idée et de confrontation de projets. Mais ça ne serait jamais une raison pour mettre en cause l’ordre public et la sécurité. Ceux qui sont tentés de croire qu’en se prévalant de leur statut de candidat ou autre, pour poser des actes qui seraient attentatoires à la sécurité et à l’ordre public, il faut qu’ils sachent que la loi sera imposée et respectée de manière rigoureuse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »