Home / Affaires / Togo : quelques facteurs qui distinguent le paysan de Vogan des autres

Togo : quelques facteurs qui distinguent le paysan de Vogan des autres

Partagez ceci :

Longtemps considérée comme « le grenier du Togo » sur le plan agricole, la préfecture de Vo est confrontée à la pauvreté des sols. Malgré, cet appauvrissement ladite localité se distingue des autres par la diversité de son agriculture.

Selon un dossier de l’Association Journaliste en Mission pour le Développement (JMD), le paysan de la préfecture de Vo fait un peu de tout. Il associe la culture de terre à l’élevage.

Les produits cultivés dans la localité sont entre autres, le maïs, le manioc, le haricot, l’arachide, la noix de palme, le palmier à huile. Le manioc sert à faire du gari (la farine de manioc), qui est commercialisé et contribue beaucoup à l’économie de la localité.

L’aliment de base étant la pâte, la culture du maïs est également très importante dans la préfecture. Le palmier à huile est aussi cultivé en grande quantité et sert à la fabrication d’huile de palme et de Sodabi.

La localité compte en grande partie les éleveurs modernes en l’occurrence les fermes avicoles. Il s’agit notamment du centre avicole Rehoboth spécialisé dans l’élevage des lapins, dindons, pigeons, cailles poules, et des pintades. Le Centre d’auto promotion des filles en fait la même la chose.  

Vo se distingue par l’élevage de petits ruminants communément appelés « Vogan gbon (mouton de Vogan) ».

Ces spécimens de mouton se distinguent par les types de mélanine, patrons pigmentaires et robes de moutons. Ce qui a suscité la curiosité du ministère en charge de l’Agriculture, qui depuis 2014 s’est intéressé à cette race en assurant sa promotion. Hormis cette espèce d’animal, Vo élève également entre les chèvres, les volailles et les porcs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »