Accueil / A la Une / Adebayor: tentative de suicide, attentat de Cabinda, regrets, ambitions…le joueur togolais déballe tout !

Adebayor: tentative de suicide, attentat de Cabinda, regrets, ambitions…le joueur togolais déballe tout !

Partagez ceci :

Les abus racistes, la nuit où il a failli se suicider, son incroyable carrière dans le football, des regrets, des projets… l’international togolais Emmanuel Sheyi Adebayor, 35 ans, évoluant à Istanbul Basaksehir est revenu sur autant de sujets dans un entretien exclusif accordé au Daily Mail.

Le racisme !

« Quand j’ai célébré, la FA m’a infligé une amende, ils m’ont puni. Rien n’est arrivé aux fans d’Arsenal. Donc, le [racisme] a commencé avec moi et bien avant moi. Je me souviens d’arriver au stade et les supporters d’Arsenal étaient là. Tout ce que j’ai entendu, c’est le chant: « Ta mère est une prostituée et ton père lave les éléphants. » Mon père travaillait dans le bureau de change et ma mère était une femme d’affaires. Mais cela a continué encore et encore. Alors, comment puis-je répondre? Je n’avais pas voix au chapitre contre des milliers de partisans. Et maintenant, les mêmes FA tentent de mettre fin au racisme? Je suis désolé. Cela ne fonctionne pas de cette façon. Aujourd’hui c’est trop tard. Nous sommes fatigués. Trop c’est trop. Je vois Mario Balotelli et Didier Drogba sur Instagram. Combien de fois devons-nous poster quelque chose? Nous devons réagir. Nous devons quitter le terrain ».

La nostalgie de l’enfance à Kodjoviakope, Togo !

« Les gens disent que je rêvais. Mais la vie que j’ai maintenant était au-delà du rêve. Oublie. Nous n’avions pas d’installations. Les emplacements étaient en sable. Frapper la balle fort et les poteaux de but sont tombés… Nous avons eu un toit qui fuit. Je me suis réveillé tous les soirs pour le sécher avec un seau. Nous n’avions pas d’électricité. Nous avons utilisé des bougies et des lanternes. Nous n’avions pas de toilettes. Pour nous détendre, nous avons marché un mile de la plage. Ce serait comme déposer votre short sur la plage de Miami. Le vent était incroyable, alors vous pouvez imaginer … mais c’était ma vie… Nous sommes allés dans différents quartiers pour trouver une télévision permettant de regarder le football, mais je ne pensais pas que les joueurs à l’écran étaient réels. Je pensais que c’était un jeu dans lequel vous déposez des images dans la boîte noire. Ce n’est que lorsque j’ai joué à l’étranger et que les gens ont dit qu’ils me voyaient à la télévision que j’ai commencé à croire que George Weah était réel. Peut-être que Zidane est réel. C’est comme ça que j’ai vu le football à travers les yeux d’un enfant. »

Le suicide !

« J’avais 16 ans. Tout ce que je voulais, c’était aider ma famille, mais ils m’ont mis énormément de pression. Je ne pouvais pas y faire face. Quand une famille est pauvre, tout le monde est pauvre et la solidarité est grande. Les gens vont prendre une balle pour vous. Mais quand on le fait, c’est comme si on devait à tout le monde… À Metz, je gagnais peut-être 3 000 £ par mois. Ma famille a demandé une maison d’une valeur de 500 000 £. Le club était fatigué de moi à cause de mon comportement. Je me souviens de m’être assis sur mon lit une nuit et d’avoir pensé  » Qu’est-ce que je fais ici? Personne n’est content de moi, alors quel est l’intérêt de vivre » ?

Il y avait une pharmacie sous mon appartement. J’ai acheté paquet après paquet de comprimés. Ils ne voulaient pas me le vendre mais j’ai dit que c’était pour une organisation caritative au Togo. J’ai fait les préparatifs, j’ai bu toute l’eau. J’étais prêt à partir. Puis j’ai appelé mon meilleur ami à minuit.

Il m’a dit de ne pas me précipiter, que j’ai des choses pour lesquelles vivre. « Vous avez le potentiel de changer l’Afrique. » Je pensais: « Vous êtes un vendeur de rêves et je n’achète aucun rêve pour le moment. » Mais il m’a sorti du moment. Je pensais que Dieu devait rester pour quelque chose. »

Attentat de Cabinda !

C’était le 8 janvier 2010. Adebayor était alors le capitaine togolais le jour où le bus a été pris dans une embuscade par des terroristes. Le chauffeur, le directeur adjoint et un responsable des médias ont été tués. Plusieurs joueurs ont été blessés.

« Pendant 42 minutes, nous n’avons entendu que des coups de feu. Gauche, droite, avant et arrière. Je viens d’entendre des amis crier mais nous ne pouvions ni bouger ni faire quoi que ce soit… En tant que capitaine, j’ai dit à tout le monde d’appeler leurs familles. J’ai appelé ma petite amie et je lui ai dit: Écoute, je suis sur le point d’y aller. Elle a dit ‘Allez où?’ Elle était enceinte. J’ai dit ‘Si l’enfant est né, si c’est un garçon, nommez-le Emmanuel Jr. Si c’est une fille, nommez-la princesse Emannuela. Elle a dit ‘De quoi parles-tu?’ Et puis je devais juste dire ‘Je t’appellerai plus tard si je suis encore en vie.»

Des remords !

 » Si j’avais été ouvert à ces critiques comme Cristiano, quand j’aurais été plus jeune, j’aurais été un joueur différent et j’aurais encore progressé. »… «Je m’amuse ici à Istanbul. Nous avons moi, Robinho, Arda Turan, Gael Clichy. J’étais avec lui à Manchester City, puis à Arsenal, maintenant ici. Je ne serais pas surpris s’il achetait un terrain au Togo sans me le dire! « 

Projet d’avenir !

 » Mon dernier défi est de remporter un titre de champion pour la première fois. Nous sommes au top et je le veux vraiment. « 




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »