Accueil / Country / Central Africa / Cameroun / Cameroun : 5 employés de « Médecins Sans Frontières » acquittés par le tribunal militaire

Cameroun : 5 employés de « Médecins Sans Frontières » acquittés par le tribunal militaire

Partagez ceci :

Accusés de « complicité de sécession », ils ont été reconnus non coupables par le tribunal militaire de Buea, dans la région en crise du Sud-Ouest.

 « Nous sommes satisfaits du jugement qui exonère nos cinq employés – et, par extension, MSF en tant qu’organisation – de toute faute », a annoncé  mercredi dernier, Sylvain Groulx, le  coordonnateur en Afrique centrale de Médecins sans frontières (MSF), dans un communiqué. Les personnes arrêtées étaient accusées de « complicité de sécession » et risquait la peine capitale.

Le 26 décembre 2021, une infirmière et un ambulancier de MSF ont été arrêtés à Nguti, commune du département du Koupe-Manengouba dans la région du Sud-Ouest. Les secouristes  transportaient un blessé par balle à l’hôpital. Selon les autorités, ce blessé était un séparatiste blessé la veille lors d’un accrochage avec des gendarmes. L’armée accusait alors MSF d’avoir « délibérément » mené « une opération clandestine d’exfiltration et de couverture de terroristes », sans en avoir « notifié les autorités administratives de la Manyu conformément aux protocoles opérationnels en vigueur validés d’accords parties ».

Les deux travailleurs humanitaires ont été libérés provisoirement en mai 2022, après cinq mois de détention. Deux autres employés (un agent de santé communautaire et un assistant-coordinateur de terrain) ont été détenus en janvier 2022 sous le même chef d’accusation, tandis qu’un coordinateur de projet a été poursuivi par contumace. Le 1er novembre 2022, le tribunal militaire de Buea a prononcé un non-lieu concernant l’un des travailleurs humanitaires en question, invoquant un manque de preuves.

 «  Le 29 décembre, tous les autres membres du personnel de MSF qui avaient été détenus ont été acquittés- le dernier d’entre eux a été libéré le jour suivant. L’acquittement a également été prononcé concernant le coordinateur de projet MSF qui avait été jugé par contumace », peut-on lire dans le document.

Brouillé avec les autorités camerounaises a vu ses activités suspendues par le gouvernement en décembre 2020. Les autorités l’accusaient notamment de soutenir des groupes armés séparatistes locaux, ce que MSF a toujours nié.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »