Umalis Group
Home / A la Une / Kako Nubukpo : « Après le coronavirus, une autre Afrique est possible »

Kako Nubukpo : « Après le coronavirus, une autre Afrique est possible »

Partagez ceci :

Kako Nubukpo aborde le sujet du Coronavirus. L’économiste togolais explore les pistes optimistes d’une sortie de crise pour l’Afrique. Une analyse bien loin du scénario pessimiste souvent entendu.

Connu pour sa lutte contre le Franc CFA, l’économiste togolais a évoqué le sujet du covid-19 avec Lemonde. Dans les colonnes du média français, le professeur a indiqué la possibilité pour le continent de sortir de la crise de la meilleure des manières.

« J’appelle toutes les bonnes volontés, les forces vives de nos pays, à rejoindre le débat, nous éclairer de leurs réflexions, de leurs talents, de leurs propositions. Il nous faut nous fixer un cap. Une autre Afrique est possible et ce n’est pas seulement une utopie. L’histoire nous regarde… Toute crise, aussi dramatique soit-elle, peut néanmoins receler des opportunités à saisir afin de « coconstruire » une mondialisation plus équitable et écologiquement viable. Et le continent africain devrait participer à ce nouveau monde dont les prolégomènes se dessinent sous nos yeux.

S’il reconnait qu’à court terme les décisions seront douloureuses à vivres surtout avec un confinement strict et le maintien d’un fort dynamisme économique, il y a tout de même une voie de sortie positive en assumant les changements selon lui.

« La pandémie de Covid-19 offre aujourd’hui à l’Afrique son pire visage, celui d’un continent vulnérable, alimentant les pires craintes d’un désastre humain annoncé par les exercices de prospective des chancelleries occidentales. C’est paradoxalement l’heure pour l’Afrique de montrer à la face du monde les ressorts secrets de sa résilience en assumant le changement. Le changement peut faire peur, peur parce qu’il y a l’inconnu. Cela n’est pas nouveau, la question est existentielle. Mais pour y parer, il faut s’y préparer, débattre, envisager différents scenarii, agir et justement ne pas avoir peur, avoir confiance en nous » a conclu l’économiste togolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »