Umalis Group
Home / A la Une / Mali : la Russie a-t-elle joué un rôle dans le coup d’Etat militaire ?

Mali : la Russie a-t-elle joué un rôle dans le coup d’Etat militaire ?

Partagez ceci :

La Russie serait-elle impliquée dan le coup d’Etat militaire ayant délogé Ibrahim Boubakar Kéita ? L’on est tenté à répondre par l’affirmatif, eu égard des indices de plus en plus portables. Selon certaines sources au sein de l’armée malienne, les auteurs du coup d’Etat militaire auraient bénéficier d’une formation militaire russe avant de revenir au pays.

La junte militaire a été orchestrée et conduite par le colonel Assimi Goïta, un ancien chef bien connu dans le rang des corps habillés.

Pourtant, les sources au sein de l’armée malienne indiquent que derrière ce colonel, se trouvent deux grandes figures militaires qui ont des liens relativement étroits avec la Russie.

Le coup d’État a été essentiellement conçu par Malick Diaw et Sadio Camara. Ces deux amis sont des colonels connus sur la base militaire de Kati. A en croire les sources, Malick Diaw s’est chargé de l’organisation matérielle de la junte alors que Sadio Camara est le stratège.

En effet, ces deux colonels se seraient rendus en janvier 20210 en Russie pour suivre une formation militaire. Un officier malien qui non impliqué dans la junte a indiqué au Dealy Beast que « ces deux hommes ont passé un long moment en Russie et quelques jours après leur retour, ils ont exécuté un coup d’État facilement et avec succès ».

Pour dire que leur séjour à Moscou et leur retour quelques temps avant le putsch ne sont pas anodins.

La formation militaire russe reçue Malick Diaw et Sadio Camara; n’est pas le seul élément qui implique la Russie dans le coup d’Etat militaire. Aussi, faut-il noter qu’après le départ d’IBK, des voix s’élèvent pour solliciter la Russie afin de renforcer la coopération militaire.

Alors que les militaires au pouvoir rejettent les aides de certaines organisations de la sous-région, ils ont reçu ce vendredi 21 août l’ambassadeur russe Igor Gromyko pour parler de la « sécurité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »