Umalis Group
Home / A la Une / Apartheid: traité d' »espion », le président Ramaphosa rejette les accusations
Deputy President Cyril Ramaphosa attends the 20th Nedlac Annual Summit at the CSIR Convention Center in Pretoria, Gauteng Province. 11/09/2015.

Apartheid: traité d' »espion », le président Ramaphosa rejette les accusations

Partagez ceci :

En Afrique du Sud, le rôle joué par le président Cyril Ramaphosa lors de la lutte contre l’apartheid est remis en cause. Le président sud-africain est accusé d’avoir ‘’trahi’’ ses compagnons de lutte durant cette période.

Les accusations, rapportent Koaci, sont sérieuses d’autant plus qu’elles proviennent de Mosiuoa Lekota, ancien membre de l’ANC, actuellement dirigeant du Cope. Cyril Ramaphosa, aurait été un agent au service du régime de l’apartheid.

Il aurait « vendu » ses compagnons de lutte pour négocier sa sortie de prison en 1974 alors qu’il était un jeune activiste.

Une accusation que le chef de l’état a réfutée en bloc devant le parlement sud-africain lors d’une séance de réponses aux questions, rapporte notre source.

Le président a reconnu avoir eu des contacts avec les services de renseignements de l’époque lors de sa sortie de prison.

Toutefois, il affirme n’avoir jamais trahi son peuple, les convictions qui lui tenaient à cœur notamment la lutte commune.

« Je peux assurer que je n’ai jamais été un espion, je n’ai jamais travaillé avec l’ennemi. Tout ce que j’ai fait dans ma vie a été pour le peuple sud-africain, c’est tout… . Lorsqu’ils m’ont libéré pour la dernière fois, ils m’ont demandé de travailler avec eux. Mais j’ai répondu que jamais je n’accepterais et jamais je ne trahirais mon peu », a déclaré le président sud-africain, rappelant que même Nelson Mandela avait été confronté à ces mêmes accusations.

Julius Malema, réitère qu’une commission d’enquête sera mise en place pour examiner ces accusations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »