Accueil / Africa top success / Burkina Faso : voici comment le capitaine Traoré a réorganisé l’armée

Burkina Faso : voici comment le capitaine Traoré a réorganisé l’armée

Partagez ceci :

Arrivé au pouvoir à la suite d’un putsch le 30 septembre dernier, le capitaine Ibrahim Traoré veut prendre les choses en main. Il a procédé à une vaste réorganisation de l’armée du Burkina Faso.

Mardi soir, le capitaine Ibrahim Traoré a pris une série de décrets qui chamboule profondément l’organisation de l’armée burkinabè. Le premier porte création de trois nouvelles régions militaires, portant à six le nombre de régions militaires, d’une nouvelle région aérienne, portant à deux le nombre de régions militaires aériennes, et de six légions de gendarmerie et six groupements de forces.

Selon le décret, ces régions militaires, groupements de forces, régions aériennes et légions de gendarmerie couvrent, chacune, une ou plusieurs régions administratives.

Le Commandement du théâtre des opérations nationales (COTN) est désormais placé sous l’autorité administrative du chef d’état-major général des armées (Cemga) et l’autorité opérationnelle du chef d’état-major général adjoint des armées.

Le deuxième décret est relatif à la création de six bataillons d’intervention rapide (BIR) au sein des forces armées avec pour objectif d’intervenir le plus rapidement possible et le plus en avant, en privilégiant la mobilité et la puissance de feu face à toute menace contre l’intégrité territoriale.

Le lieutenant-colonel Christian Ouattara est nommé par un autre décret au poste de chef d’état-major de l’armée de l’air.

En renversant fin septembre le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, le capitaine Ibrahim Traoré savait que 40% du territoire du Burkina Faso sont sous contrôle des groupes djihadistes. C’est pourquoi, fin octobre déjà, le gouvernement lançait le recrutement de 50 mille combattants volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs de l’armée) pour épauler l’armée dans la lutte contre le terrorisme. La réorganisation de l’armée s’inscrit donc dans le fil droit des stratégies du capitaine Traoré pour venir à bout de ces groupes armés et ramener la paix au Burkina Faso.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »