Home / A la Une / Côte d’Ivoire: retour de Gbagbo, le FPI accuse Ouattara !

Côte d’Ivoire: retour de Gbagbo, le FPI accuse Ouattara !

Partagez ceci :

S’exprimant lors d’une conférence de presse mercredi à Abidjan, M. Asso Adou, secrétaire général du Front Populaire Ivoirien a laissé entendre que c’est le président ivoirien Alassane Ouattara qui s’oppose au retour de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé en Côte d’Ivoire. Le cadre du parti dénonce « une honteuse immixtion du gouvernement ivoirien dans le procès de l’ex-président Laurent Gbagbo (fondateur du FPI) et de son co-accusé Charles Blé Goudé».

Asso Adou s’est appuyé  sur une lettre du Conseil de l’Etat ivoirien, qui demandait à la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) de « rejeter la requête déposée par la défense de M. Gbagbo » visant à l’acquitter des charges portées contre lui.

Pour lui , cette requête est «  aussi étonnante que provocatrice».

Devant un parterre de journalistes et  face aux cameras , le cadre du FPI a soutenu sans détours que  M. Alassane Ouattara « par des manœuvres politiciennes, loin des considérations de droit, a, avec la complicité des juges de la Chambre d’appel , imposé des conditions restrictives à la liberté de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé ».

« Ces conditions pour nous, sont assimilables à une prise d’otage des personnes acquittées sur lesquelles il ne pèse aucune charge », et ce, à cause de la «posture politique» du procureur de la CPI Fatou Bensouda.

Pour  M. Adou , tout ceci aboutit à un conclusion : le président ivoirien est contre la réconciliation en Côte d’Ivoire.

 « Alors que la question reste pendante devant la Cour d’appel de la CPI, le FPI et la plate-forme EDS apprennent avec stupéfaction et indignation que l’Etat de Côte d’Ivoire, c’est-à-dire M. Ouattara s’invite assez curieusement au débat en s’opposant à travers un courrier adressé à la CPI le 25 octobre 2019 à la libération sans condition de MM. Gbagbo et Blé Goudé », a-t-il revélé.

Le cadre du FPI affirme da ns cet élan que la condamnation par la justice ivoirienne de M. Laurent Gbagbo à 20 ans de prison dans l’affaire de braquage de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) et les poursuites engagées contre Blé Goudé à Abidjan, illustrent le refus du chef de l’Etat ivoirien de la réconciliation nationale ».

Pour rappel, la procureure de la CPI a déposé le 16 septembre 2019, un acte d’appel de la décision d’acquittement du président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé  acquittés de toutes charges le 15 janvier 2019, par les juges de la Chambre de première instance de la CPI.

Fatou Bensouda évoque un vice de forme et de procédure et demande l’annulation de la décision.

Traduction »