Home / A la Une / Les réseaux sociaux, le vrai pouvoir de la société civile africaine

Les réseaux sociaux, le vrai pouvoir de la société civile africaine

Partagez ceci :

Depuis quelques années sur internet, des hashtags se créent pour faire des plaidoyers ou juste pour mener des actions et rassembler des internautes autour d’un objectif commun. Comment faire du plaidoyer efficace à travers internet et les réseaux sociaux ? Quel réseau social pour quelle campagne ? Les réponses à ses questions permettront à la société civile africaine de se faire encore plus entendre quand elle prend la parole et d’obtenir gain de cause.

Le bien-fondé de votre campagne

Avant toute chose, il faut préparer le lancement de votre campagne en définissant une stratégie de communication et d’engagement : la cible, le média social le mieux adapté, le but de l’action, le temps qu’il faudra pour atteindre l’objectif fixé. Ensuite, est-ce que vos objectifs sont mesurables ? Quels chiffres seraient synonymes de réussite de votre stratégie ? Sont-ils appropriés et réalistes ? Concordent-ils avec votre plaidoyer ? Les réponses à ces questions vous aident à poser des bases solides et d’entamer la seconde étape.

Travailler avec une communauté

Créer une communauté forte et engagée reste une condition indispensable dans la réussite d’une campagne. Celle-ci permet notamment de polariser l’engagement. D’ailleurs, les communautés existent déjà, il faut juste les réveiller, faire de l’hameçonnage pour les attirer vers le contenu et au final vers la campagne.

Le plan d’action

Elaborer un plan d’action, c’est la troisième étape. Voici les 6 tâches clés :

  • identifier les médias ou réseaux sociaux sur lesquelles la campagne de plaidoyer sera déployée (choisir le canal qui vous permettra d’atteindre votre public cible) ;
  • choisir un hashtag, c’est la principale identité du plaidoyer et représente la cause de la campagne). C’est également un excellent moyen de susciter l’engagement des internautes et de suivre les contenus qui s’y réfèrent sur le web. Le hashtag idéal ? Court et simple, il est expressif et n’utilise pas de ponctuation.
  • réaliser des visuels spécifiques puis les publier sur les différents profils de médias sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, blog, etc.) avec ceux du plaidoyer en cours.
  • mettre en place un dispositif de veille sur le hashtag et les principaux mots clés du plaidoyer. Ce système de veille permet de suivre les conversations en rapport avec votre campagne, d’identifier de potentiels influenceurs et d’interagir avec la communauté. Utiliser des outils comme Google Alertes.
  • engager votre communauté. Demander aux membres (aux fans et abonnés, aux lecteurs) de partager les visuels de la campagne, d’utiliser le hashtag dans les publications. Solliciter des interviews. Mentionner les personnalités et médias présents sur les réseaux sociaux comme Twitter.
  • évaluer le succès de votre campagne et apporter si possible des mesures correctives.

Faire une évaluation des actions

La quasi-totalité des médias sociaux disposent d’outils statistiques gratuits. Utiliser Facebook Insights ou Twitter Analytics, par exemple.

Les résultats de votre mobilisation devront se manifester par un dénouement de la situation.

Quelques dénouements pertinents :

  • L’opinion de la société civile est prise en compte
  • Connaissances approfondies sur la problématique
  • Changement de comportement spécifique dénoncé



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »