Accueil / Country / Central Africa / DR Congo / RDC : journées « ville-morte » à Goma pour interpeller le gouvernement

RDC : journées « ville-morte » à Goma pour interpeller le gouvernement

Partagez ceci :

Des mouvements citoyens et la société civile dont la Lucha ont décrété deux journées de grève générale les lundi 26 et mardi 27 septembre pour dénoncer le silence des autorités et les inciter à réagir à la présence des rebelles du M23 qui contrôlent la cité de Bunagana depuis plus de deux mois.

La situation est toujours aussi tendue entre la société civile et les autorités politico-militaires dans l’est de la République démocratique du Congo. Même si les autorités interdisent ces journées « ville-morte » et certains habitants ont respecté le mot d’ordre.

« Nous avons appelé la population à observer deux journées ville-morte, ce lundi et ce mardi. La première raison, c’est de demander la levée de l’état de siège qui est une mesure exceptionnelle qui a échoué et la deuxième demande, c’est de demander à ce que les FARDC [Forces armées de la république démocratique du Congo] reprennent les offensives pour libérer Bunagana, occupée par les terroristes du M23 depuis bientôt 105 jours », a expliqué Espoir Ngarukiye, militant de la Lucha, au micro du correspondant de Rfi à Kinshasa.

Par ailleurs, ces organisations exigent « le départ immédiat des casques bleus de la Monusco, qui ont échoué, qui constituent une mission inefficace ».

La ville de Bunagana et quelques autres localités du territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) sont occupées par les combattants du M23 depuis plus de deux mois. Cette situation est source de clivage entre Kinshasa et Kigali ; le président rwandais Paul Kagame étant accusé de soutenir ce mouvement.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »