Facebook, un atout stratégique pour les entrepreneures africaines

Les réseaux sociaux joueraient désormais un rôle crucial dans le développement de plusieurs startups et entreprises à travers le monde entier, notamment en Afrique. D’après une enquête de « The Future of Business », Facebook serait un atout stratégique pour les entrepreneures africaines.

Grace à #SheMeansBusiness#, la plateforme mis en place, beaucoup de femmes ont bénéficié des formations pour développer leurs idées d’entreprises, développer une entreprise et booster l’économie.

Le site web #SheMeansBusiness# a également été développé pour aider les femmes en leur donnant accès à des conseils, des partenariats et des événements.

Sur la plateforme souligne réussirbusiness, se trouve des histoires inspirantes de femmes pionnières qui poursuivent leurs rêves. Ces femmes qui redéfinissent les frontières du possible pour les femmes d’affaires au Nigeria sont une source d’inspiration pour celles qui aspirent à devenir un jour elles-mêmes de nouvelles entrepreneures.

Des outils et ressources gratuits (ex: cours en ligne pour donner à plus de femmes nigérianes les outils, l’assistance et les conseils pratiques dont elles ont besoin pour développer leurs entreprises) et un accès et un lien vers des communautés qui peuvent partager des conseils sur la définition et la réalisation d’objectifs s’y trouve aussi.

« La révolution numérique a fait tomber des obstacles pour les femmes en Afrique. Non seulement elle contribue à leur émancipation économique, mais les plateformes de médias sociaux telles que Facebook donnent aux femmes des moyens de faire entendre leur voix sur un même pied d’égalité, de se réunir et d’avoir un impact sur leurs communautés locales. Nous sommes déterminés à aider les femmes à travers le continent à libérer leur potentiel et rendre le monde meilleur », a révélé Aïda Ndiaye, responsable des politiques publiques pour l’Afrique francophone.

Les études estime que les entreprises créées par des femmes sud-africaines pourraient générer plus de 175 milliards de rands par an pour l’économie d’ici 2022, tout en créant 972 000 emplois.

« Facebook sait que lorsque les femmes vont mieux, l’économie va mieux », a conclu Aïda Ndiaye, tel que rapporté par notre source.

PS: Photo à la Une à titre d’illustration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *