Accueil / Pays / Afrique de l’Ouest / Gambie : une lueur d’espoir chez les familles des victimes de l’ère Jammeh

Gambie : une lueur d’espoir chez les familles des victimes de l’ère Jammeh

Partagez ceci :

Très attendu par les familles des victimes en Gambie, le rapport sur les témoins et auteurs de crimes commis durant les 27 années du régime de l’ancien président Yahya Jammeh, exilé en Guinée Équatoriale depuis 2016, a été rendu public jeudi par la Commission vérité et réconciliation.

Meurtres, viols, actes de tortures ou encore enlèvements extra-judiciaires, ce sont tous les crimes décrits par les victimes de Yahya Jammeh à la Commission vérité et réconciliation.

Nana-Jo N’Dow, fille d’un opposant gambien disparu sous le régime de Yahya Jammeh, se réjouit que ce rapport soit enfin déposé : « Enfin, nous aurons les causes et l’étendue des violations aux droits humains, commises au cours de la période de juillet 94 à janvier 2017. Tout cela sera officiellement gravé dans l’histoire de la Gambie ».

L’ultime étape de ce processus serait de voir Yahya Jammeh traduit en justice pour répondre de ses actes.

Baba Hydara, fils du journaliste Deyda Hydara, tué sous le régime de Jammeh, garde espoir : « On n’a jamais cru qu’on en arriverait là. Je suis sûr que ces recommandations-là vont dire qu’on va traduire Jammeh en justice ».

Le président Barrow dispose d’un mois pour soumettre un résumé du rapport à l’Assemblée nationale et aux organisations internationales.

Il a six mois pour publier un livre blanc. Des délais qui lui laissent le temps de faire face à l’élection présidentielle prévue le 4 décembre prochain.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »