Accueil / Pays / Afrique Centrale / Un an après, voici les vrais raisons de la mort d’Amobé Mevegue

Un an après, voici les vrais raisons de la mort d’Amobé Mevegue

Partagez ceci :

Le célèbre journaliste du groupe France Médias Monde est mort de façon soudaine le 8 septembre 2021, à part quelques supputations, les réelles causes de son décès n’avaient jamais été révélées.

Plus d’un an après, on en sait un peu plus sur les vrais raisons du décès d’Amobe Mevegue. Le célèbre journaliste-producteur âgé de 52 ans, fondateur de la chaîne Ubiznews, a disparu brutalement alors qu’il travaillait sur plusieurs projets.

Si certains avaient déjà évoqué une mort des suites d’un rituel initiatique, ils n’avaient jamais révélé la raison que le Camerounais de 52 ans avait été sacrifié au cours de ce rituel.

Selon des sources proches de la famille, Amobe Mevegue aurait péri à cause de son « européanisation poussé ». Notre source a laissé entendre que dans son village on reprochait à sa mère d’avoir éloigné son fils de ses origines africaines. « En Afrique la tradition veut que quand un fils s’en va, il prend les bénédictions et des qu’il réussit, il revient donner la nourriture au village, pour être béni davantage », raconte un patriarche. Mais ce ne fut pas le cas pour l’homme des medias. « Depuis son départ Amobe Mevegue n’était jamais revenu remercier les siens », apprend-on.

Lors des obsèques de sa mère, il aurait été demandé au journaliste de satisfaire aux exigences de la tradition, en organisant une sorte de fête pendant les obsèques. Il aurait décliné la proposition, justifiant qu’un deuil qui est un moment de peine ne peut se substituer à une fête. C’est ainsi donc que les villageois auraient décidé de le sacrifier au cours d’un rituel dont les images avaient circulé sur les réseaux sociaux. Sur ces images, on pouvait une vielle femme avec un collier et un foulard de couleur rouge, se pencher à la gauche et du côté du cœur d’Amobe Mevegue, pendant que celui-ci était assis à même le sol dans un cercle de femmes.

Un rite qui était en réalité sa livraison aux esprits du mal. Dans la tradition, il est interdit de faire asseoir un homme en public, à même le sol, sauf s’il fait l’objet de graves accusations de sorcellerie. Amobe Mevegue a donc ainsi été sacrifié aux mangeurs d’âmes. Cette version même si elle reste discutable, fait aujourd’hui l’unanimité auprès de ses proches.

Le journaliste, grande figure du groupe France medias Monde qui a pendant toute sa carrière défendu l’identité africaine, est mort sans avoir tout donné.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »