Accueil / Pays / Afrique Centrale / Cameroun / Des entreprises brésiliennes veulent investir dans l’agroalimentaire au Cameroun

Des entreprises brésiliennes veulent investir dans l’agroalimentaire au Cameroun

Partagez ceci :

L’Etat du Cameroun et le Brésil vont signer, dans les prochains jours, un accord de coopération avec l’École pratique d’agriculture de Binguela, situé non loin de la ville de Yaoundé. Ces partenaires de l’Etat du Cameroun visent prioritairement le domaine du maïs, du café, de la pêche, de la pisciculture, et de l’aviculture.

C’est l’une des principales retombées de la visite qu’effectue au Cameroun depuis le 5 septembre dernier, une délégation d’investisseur, chercheurs et universitaires brésiliens. Il est question au cours de cette visite qui s’achève le 11 septembre prochain, de densifier la coopération entre le Cameroun et le Bresil.

Selon le ministre camerounais de l’Agriculture Gabriel Mbaïrobe, le Cameroun veut « saisir cette opportunité, non seulement pour mobiliser des techniciens et des financiers brésiliens afin de booster l’entrepreneuriat jeune, mais aussi permettre à certains de nos opérateurs économiques de nouer des relations B2B avec ces opérateurs ». « Cette une grosse délégation est composée de dirigeants d’universités et d’industriels qui opèrent dans le domaine du maïs du café, de la pêche, de la pisciculture, et de l’aviculture », a ajouté le ministre de l’Agriculture Gabriel Mbaïrobe.

« Le Brésil est très avancé en innovation et en technologie, donc il y aura des transferts de technologies. Ils ont une agriculture mécanisée qui utilise les résultats de la recherche de la science la productivité. À l’issue de cette visite, il y aura au moins 10 étudiants qui vont bénéficier de bourses pour des formations au Brésil », a déclaré le ministre Gabriel Mbaïrobe.

Depuis quelques années, le Cameroun et le Brésil entretiennent une coopération dans plusieurs domaines qui comprennent l’éducation, la santé, l’agroalimentaire, ou encore la défense.

« Il est l’heure de mettre en pratique ce que nous avions déjà en théorie. Nous avons déjà des instruments juridiques pour cette coopération. Maintenant, il faut passer à la pratique », a souhaité Patricia Maria Oliveira Lima, ambassadrice du Brésil au Cameroun.

Essama Aloubou




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Traduction »