Algérie/Coopération énergétique: une vision lointaine avec l’UE !

Partagez ceci :

Entre l’Algérie et l’Union Européenne, les relations ont toujours été étroites sur le plan des coopérations. Parmi ces dernière celle dite « Energétique ». Dans cette optique, il y’avait l’ouverture hier dans la capitale algérienne de la 3è réunion annuelle de dialogue  politique de haut niveau sur l’énergie entre l’Algérie et l’Union européenne.

C’est en présence du ministre algérien de l’énergie, Monsieur Mustapha Guitouni, ainsi que du commissaire européen en charge de l’action pour le climat et l’énergie, Miguel Arias Canete, que ladite réunion a eu lieu et où pour le ministre algérien de l’énergie, cette rencontre de haut niveau, qui se tient une fois par an, s’inscrit dans le cadre de la poursuite du dialogue entre son pays et l’union Européenne.

Une réunion dont l’objectif serait d’encourager les investissements européens dans le domaine du gaz naturel et des énergies renouvelables. « L’Algérie, en sa qualité de troisième fournisseur de l’Union Européenne en gaz, après la Russie et la Norvège, continuera de travailler davantage pour rester parmi ses plus importants partenaires. », dira-t-il.

Il faut dire que les objectifs ambitieux de la politique algérienne de déploiement  des énergies renouvelables sont souvent au devant. Le ministre a invité les entreprises européennes à investir davantage, et cela en vue d’une participation effective pour le succès de ce projet. « L’UE a accordé une grande importance au programme des énergies renouvelables, lancé par le gouvernement.». Aurait déclaré le ministre algérien de l’énergie.

Il aurait enchainé en disant que son pays est en train d’étudier la situation. Ceci dans l’unique objectif qui est de voir comment faire participer les partenaires européens dans la réalisation et la concrétisation du  programme tracé. Ce qu’on peut en déduire, c’est que l’Algérie recèle d’importants potentiels lui permettra de continuer à coopérer davantage avec l’Union Européenne.

Il  citera à cet effet le volume considérable de gaz estimé à 22.000 milliards de mètres cubes et six (06) milliards de barils de pétrole. Évoquant l’exportation, le ministre à estimé que les  trois tubes reliant l’Algérie à l’Europe vont garantir l’alimentation des marchés internationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *