Accueil / A la Une / Coronavirus : la ‘drôle de guerre’ en Afrique

Coronavirus : la ‘drôle de guerre’ en Afrique

Partagez ceci :

Le nouveau virus sévit en Chine. Le bilan ne cesse de s’alourdir : 259 décès, plus de 11 000 personnes contaminées. Mais l’Afrique reste épargné juqu’ici. Une très bonne nouvelle pour le continent qui demeure néanmoins sur le pied de guerre. Partout, les Etats renforcent leurs contrôles. Les ports et les aéroports sont en première ligne. Malgré ces mesures de prévention, des experts craignent que les pays les plus pauvres ne disposent pas des moyens suffisants en cas d‘éruption de l‘épidémie.

Des équipes médicales y vérifient la température des voyageurs, comme à Dakar, où de petites caméras thermiques ont fait leur apparition avant le contrôle des passeports.

Système de santé défaillant

“C’est fichu” si le coronavirus rentre dans le pays, estime à Luanda un étudiant angolais, Anciao Fabiao Paulo. “Notre système de santé est vulnérable et nous n’avons pas de bons spécialistes. Les gens tombent déjà comme des mouches à cause de la malaria”, dit-il.

Un “effort particulier” de surveillance est attendu des pays ayant des liens forts avec la Chine, dont le Maroc, l’Ethiopie, le Kenya, l’Afrique du Sud, le Rwanda et l‘île Maurice, a déclaré à Addis Abeba le directeur du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), John Nkengasong.

Au Cap-Vert, les habitants se ruent sur le fenouil, réputé – à tort – être un remède contre le nouveau coronavirus. À Abuja, capitale du Nigeria, la fermeture d’un magasin chinois a fait craindre à la population l’arrivée de la maladie, alors qu’il s’agissait simplement de retirer des rayons des aliments périmés.

“Il faut éviter le plus possible les boutiques chinoises”, affirmait au Botswana un journaliste, Mqondisi Dube.

Sans tomber dans la psychose, les autorités de plusieurs pays, dont le Sénégal, recommandent à la population de prendre des mesures de précaution, comme bien se laver les mains au savon ou éternuer dans des mouchoirs, et les services médicaux ont été sensibilisés.

Au Mozambique, les autorités ont suspendu la délivrance de visas pour les citoyens chinois. “Dans le même but, les visas destinés aux Mozambicains désireux de se rendre en Chine sont également suspendus jusqu‘à ce que la situation se normalise”, a expliqué la porte-parole du gouvernement, Helena Khida.

En Mauritanie, l’ambassade de Chine a demandé à ses ressortissants récemment rentrés de Chine de rester confinés à la maison pendant deux semaines. Une mesure similaire a été demandée à toute personne rentrant de Chine par le ministre nigérian de la Santé, Osagie Ehanire.

AFP




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »