Accueil / A la Une / « Un procès politique de trop au Bénin », la presse africaine commente le procès de l’opposant Joël Aïvo

« Un procès politique de trop au Bénin », la presse africaine commente le procès de l’opposant Joël Aïvo

Partagez ceci :

À la Une de la presse africaine ce vendredi matin, le Bénin, où l’opposant Joël Aïvo était devant la Criet jeudi, c’est-à-dire la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, pour l’ouverture de son procès. Cet universitaire, qui fut candidat du Front pour la restauration de la démocratie lors de l’élection présidentielle d’avril dernier doit y répondre des incriminations pénales de « blanchiment de capitaux et d’atteinte à la sûreté de l’État ». Constitutionnaliste, Joël Aïvo était depuis en détention provisoire.

Lors de l’audience, le procureur spécial a demandé au juge « de se déclarer incompétent et de confier le dossier à un juge d’instruction, rapporte La Nouvelle Tribune. (…) Le juge a finalement mis en délibéré le dossier pour le 5 août 2021 ».

Mais au-delà de la procédure, Joël Aïvo devant la Criet, « c’est un procès politique de trop au Bénin », déplore, au Burkina Faso L’Observateur Paalga. Un procès illustrant « la volonté du président Patrice Talon de broyer ses contestataires par la machine judiciaire. D

ans cette politique de musèlement de ses opposants, la Criet est un tribunal tristement spécial, une massue judiciaire qui concasse ses adversaires les plus en vue », formule ce quotidien ouagalais.

« Il ne fait pas bon être opposant au Bénin, enchérit son confrère Le Pays. Avec une justice aux ordres, Patrice Talon (…) ne rend pas service à la démocratie au Bénin ».

Et ce journal burkinabè craint que l’homme d’affaires devenu président ne finisse par « ramener son pays, jadis cité comme une vitrine de la démocratie, au rang des cancres de la démocratie en Afrique ».

Avec RFI




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduction »